Hastings, ses coéquipiers espèrent fermer les mondes avec 4×400 d’or

Natasha Hastings, des Etats-Unis, fonde son équipe pour gagner un feu de relais féminin 4x400m lors des Championnats du monde d’athlétisme à Londres le samedi 12 août 2017. (AP Photo / David J. Phillip)

Natasha Hastings, des États-Unis, prend le baton de Shakima Wimbley dans un feu de relais 4x400m féminin lors des Championnats du monde d’athlétisme à Londres samedi 12 août 2017. (AP Photo / David J. Phillip)

LONDRES (AP) – Pour commencer les championnats du monde, Natasha Hastings s’est tenue sur le podium et a reçu une médaille d’or.

C’était sans même course, quand elle et ses compatriotes américains de 4×400 mètres ont été améliorés dans la foulée de l’équipe russe qui a été dépouillée de la première place à cause du dopage.

Pour mettre fin à la compétition, Hastings tente de revenir au premier pas le dimanche avec le reste de l’équipe de relais de 2017. Le final 4×400 est l’un des 11 lors d’une finale rapide et furieuse. Au total, il y a six finales pour les femmes et cinq autres dans les épreuves masculines. L’action se déroule dans les rues avec des courses de course – y compris le premier événement féminin de 50 kilomètres – et se termine sur la piste avec les relais 4×400.

“J’ai attendu toute la semaine pour sortir et concourir”, a déclaré Hastings. “Cela fait longtemps (attendez)”.

L’équipe féminine américaine 4×400 cherche à reprendre le titre mondial de la Jamaïque. De l’autre côté, l’édition masculine se présente pour leur 10e or dans l’événement et la septième droite.

“Gagner se sent bien”, a déclaré Tony McQuay, qui a couru la jambe d’ancrage lorsque les Américains ont affiché l’heure de qualification la plus rapide samedi. “La foule et l’atmosphère ont été excellentes. Nos entraîneurs croient en nous et nous croyons en nous-mêmes”.

Un regard sur la dernière journée des championnats du monde:

MARCHE, NE PAS FONCTIONNER: il n’y a que sept concurrents entrés dans la promenade féminine de la course 50K, ce qui fait ses débuts au championnat du monde sur une boucle de deux kilomètres entre le palais de Buckingham et l’Archipel de l’Amirauté. Parmi ceux sur le terrain, trois sont des Américains. Ines Henriques du Portugal est le principal favori après avoir établi le record du monde de 4 heures, 8 minutes, 26 secondes, en janvier.

HAUTE HOPES: C’est ainsi que Mutaz Essa Barshim, le grand cavalier dominant de Qatar, est cette saison: il a les quatre meilleures marques. “La seule couleur de la médaille que je veux est l’or”, a déclaré Barshim, deux fois médaillée olympique, dont le bronze aux Jeux de Londres 2012. “Alors, j’espère que je peux y parvenir”. Ses principaux personnages rival sont Mateusz Przybylko d’Allemagne.

RÈGLES DE PERKOVIC: Sandra Perkovic a été élue au Parlement de la Croatie. Dans son autre profession, elle règle l’événement discus. Perkovic a gagné aux Jeux olympiques de Londres et a répété à Rio de Janeiro. C’est sûr de dire qu’elle est la seule à regarder. “Je suis prêt”, at-elle dit.

RACE FOR SECOND ?: Oubliez les courses pour l’or dans les 5.000 femmes. Cela semble être une compétition pour l’argent et le bronze, étant donné que Almaz Ayana, d’Ethiopie, a battu le terrain. Elle a remporté la course de 10 000 mètres de plus de 46 secondes. Bien que Hellen Onsando Obiri, du Kenya, ait un plan audacieux. “Si Ayana va au front, je vais avec elle”, a déclaré Obiri. “Il sera intéressant de voir comment elle réagit. Je ne l’exécuterais pas par le dos”.

RACE FOR SECOND, PARTIE II?: Bonne chance en prenant le champion olympique Caster Semenya en Afrique du Sud dans les 800 mètres. Elle a déjà capturé le bronze dans les 1.500 mètres cette semaine. “Je veux juste continuer à gagner”, a déclaré Semenya. “C’est tout ce que je me concentre.” Semenya a eu le temps semifinal le plus rapide, suivi par Ajee Wilson. “J’étais à la maison (aux États-Unis) lorsque les championnats ont commencé, alors j’ai vu tous les résultats et été inspiré par mes coéquipiers”, a déclaré Wilson. “Cela m’a vraiment motivé. Je veux aussi être un défi pour les médailles”.

AIMANT POUR LE NUMERO DE TITRE 4: Asbel Kiprop du Kenya se rapproche de son quatrième titre mondial de 1 500 mètres. Seul le record mondial Hicham El Guerrouj, du Maroc, a capturé beaucoup d’autres lors de l’événement. «Je fais ça depuis de nombreuses années et je suis prêt pour tout», a déclaré Kiprop.