L’Ecosse prête à faire de Michael O’Neill une offre double-ton-argent

L’ère remarquable de l’Irlande du Nord sous Michael O’Neill pourrait être proche de sa fin, l’Ecosse se préparant à tenter le manager avec une offre double-ton-argent pour succéder à Gordon Strachan.

O’Neill devrait recevoir des offres de clubs et de pays suite à la défaite controversée de l’Irlande du Nord par la Suisse lors des barrages de la Coupe du monde.

Le joueur de 48 ans, également lié aux postes vacants de Sunderland et des Rangers, a insisté sur le fait qu’il était trop tôt pour envisager son avenir à la suite de l’élimination de dimanche à Bâle.

L’Ecosse espère tirer parti de la misère de l’Irlande du Nord en offrant à O’Neill un contrat de quatre ans d’un million de livres sterling par an avec des bonus – le double de ce qu’il gagne avec la Fédération irlandaise de football – pour redynamiser ses fortunes décroissantes. O’Neill, qui vit à Édimbourg, est bien connu des responsables de la fédération écossaise et est leur premier choix pour le poste.

Austin MacPhee, son assistant né à Kirkcaldy en Irlande du Nord et également entraîneur-chef adjoint de Heart of Midlothian, devrait se voir offrir un poste de directeur du football auprès de la SFA.

O’Neill est sous contrat à l’IFA jusqu’en 2020 avec une clause d’indemnisation de 750 000 £. Toutefois, cette somme est calculée en fonction de l’endroit où O’Neill évolue et est susceptible d’avoir chuté en raison du fait que l’Irlande du Nord ne s’est pas qualifiée pour sa première Coupe du monde depuis 1986.

Leur prochain match qualificatif ne se déroulera pas avant mars 2019 et, bien qu’un rôle de club offrirait à l’ancien manager de Brechin City et de Shamrock Rovers une participation plus quotidienne, il est heureux – et couronné de succès – dans le football international.

L’Ecosse pourrait faire face à la concurrence pour les services de O’Neill de Major League Soccer. Plusieurs clubs aux États-Unis seraient intéressés par O’Neill, qui a un frère à Chicago et qui est un fan des sports américains.

Les joueurs d’Irlande du Nord étaient unis dans leur désir qu’O’Neill continue à suivre la défaite de barrage, mais incertain de ses intentions.

Jonny Evans a déclaré: “En tant que manager, il est incroyable, nous l’aimons tous et chaque joueur joue pour lui. Ce serait une honte de le perdre, mais nous savons d’un autre côté que la gestion est un travail si difficile et si quelque chose se présentait, où il serait difficile de le refuser, personne ne le regretterait jamais.

“Je peux définitivement comprendre pourquoi il y a de l’intérêt pour lui. Il est tellement inspirant, il est très tactique. Même l’autre nuit, nous venions de descendre de l’avion et étions dans le bus pour l’hôtel. Il avait regardé la première partie du jeu et il est descendu du bus et a dit: ‘Nous organisons une réunion ce soir et nous allons regarder le match à nouveau parce que vous n’avez pas joué si mal, il y a tellement de base choses que vous pouvez améliorer. »Cela a tout de suite donné un coup de main à tout le monde. Il a un tel sang-froid et son équipe parle, il dit les bonnes choses pour faire avancer les gars. Vous pouvez voir que tout le monde joue pour lui et nous le respectons vraiment vraiment. “

Michael McGovern, le gardien de but de l’Irlande du Nord, était du même avis: “Le stock de Michael est si élevé à la minute. Nous aimerions qu’il reste mais je suis sûr qu’il y aura de l’intérêt ailleurs. Michael est son propre homme et prend ses propres décisions. S’il est ici pour la prochaine campagne, nous serons absolument ravis en tant que joueurs. “

Le sentiment que le match de la Suisse marquait la fin d’une époque ne se limitait pas au manager. Gareth McAuley a refusé de commenter son avenir, mais Evans a déclaré qu’il était “à 95% certain” que son partenaire défensif de 37 ans ne se retirerait pas du football international. Chris Brunt, cependant, a admis qu’il envisageait de continuer et Aaron Hughes, 38 ans, qui a disputé son 109e match contre la Suisse, pourrait également prendre sa retraite.

“Toutes les bonnes choses doivent prendre fin à un moment donné”, a déclaré Brunt. “Ça a été très bon ces quatre ou cinq dernières années sous Michael. Ça a été aussi agréable de faire partie de ce groupe que de tous ceux que j’ai côtoyés et que je joue depuis 14 ans. Cela aurait été bien de couronner le tout avec la Coupe du Monde, mais ce n’était pas le cas. Je ne pense pas qu’il soit temps de dire quelque chose maintenant. Je suis aussi éventré que je l’ai jamais été dans ma carrière de football. “

Cet article a paru sur The Guardian