Comment la NBA prévoit d’encaisser sur les paris sportifs légalisés

Il y a 1:09 à gauchedans le jeu 7 de la finale de la NBA 2016, et les Cavaliers de Cleveland ont appelé le temps mort. C’est lié. Est-ce que ce sera LeBron James qui prendra le coup? Ou Kyrie Irving? Qu’en est-il de J.R. Smith? Quelles sont les chances?

Que se passe-t-il si quelqu’un à Detroit aurait pu placer un pari légal pendant le délai d’attente de la télévision? Ou Denver? Ou peut-être quelqu’un assis dans la cinquième rangée à Oracle Arena avec son smartphone?

Cela pourrait aller vers la réalité alors que la Cour suprême est prête à entendre des arguments à Washington dans une affaire sémantique dans l’histoire du sport. Christie v. NCAA pourrait ouvrir la voie à des paris sportifs largement légalisés à l’extérieur du Nevada. D’abord dans le New Jersey, puis probablement dans plusieurs états dans les prochaines années et, potentiellement, dans tout le pays.

Les parties intéressées s’y préparent depuis des années. Une société, William Hill, a dépensé sept chiffres pour construire un bookmaker sur une piste de course dans le New Jersey, prêt à ouvrir ses portes dans les jours suivant une décision favorable. Les législateurs ont introduit une législation au niveau de l’état et fédéral en attendant le genre de poussée que la Cour suprême pourrait être sur le point de donner. Les sociétés de médias ont lancé des entreprises prêtes à répondre à un nouveau marché. Et la NBA et plusieurs de ses propriétaires se sont positionnés pour être en première ligne pour siphonner l’argent de nouvelles sources de revenus.

C’est aussi l’occasion pour un homme politique autrefois prometteur qui a vu son étoile s’estompe, le gouverneur du New Jersey, Chris Christie, d’avoir son nom sur un morceau d’histoire qui pourrait lancer une industrie qui change la donne.

“En fin de compte, nous avons raison,” a déclaré Christie dans une interview la semaine dernière. “Ce que nous croyons vraiment, c’est que les ligues ont eu une influence énorme en essayant de s’assurer que cela n’arrive jamais.”

Toutes les grandes ligues de sports professionnels et la NCAA ont été impliqués depuis 2011, lorsque les électeurs du New Jersey ont d’abord passé un référendum pour permettre les paris sportifs. Les ligues ont collectivement poursuivi le New Jersey deux fois pour l’arrêter, une fois en 2012 et de nouveau en 2014. Après la défaite du New Jersey devant les tribunaux inférieurs, la Cour suprême a surpris les législateurs en décidant d’entendre l’affaire l’été dernier. renverser la décision précédente.

Le commissaire de la NFL Roger Goodell a déclaré que la possession de la NFL reste contre l’expansion des paris sportifs, même si les Raiders se déplacent à Las Vegas. Le commissaire de baseball, Rob Manfred, a parlé de la question l’été dernier, disant que si les lois changeaient, le baseball devait faire partie de la création de sauvegardes.

“[Toutes les ligues] vont conclure que cela fait partie du futur, pourquoi vivons-nous dans un monde imaginaire?” L’année dernière, 190 milliards de dollars ont été investis illégalement aux États-Unis dans les grandes ligues sportives et la NCAA ” Christie a dit. “Je pense que tout ce qui compte, c’est de l’argent, et à la fin, ils veulent une partie de l’action, et s’ils le voulaient, ils auraient dû négocier avec moi il y a longtemps.”

La NBA cherche à être un chef de file dans l’espace, à conclure des partenariats stratégiques, à ouvrir la porte aux commandites de casinos majeurs et à voir un certain nombre de propriétaires investir directement dans l’industrie des paris sportifs.

“En matière de paris sportifs, la NBA est le secrétariat du Belmont par rapport aux autres ligues”, a déclaré Daniel Wallach, expert en droit du jeu, comparant la tête de la NBA à la victoire du légendaire 31 longueurs en 1973. “La NFL est toujours La NBA se prépare à parier largement sur ses jeux et devance les autres ligues en se positionnant pour obtenir une part de l’action potentielle. “

BEAUCOUP COMME LELa NFL, la NBA et l’ancien commissaire David Stern étaient opposés au jeu sportif depuis des décennies. En décembre 2012, alors que les ligues sportives menaient leur première action en justice pour mettre un terme aux paris sportifs dans le New Jersey, Stern a clairement fait connaître la position de la ligue dans une déposition.

“[Il y a] une longue liste de raisons pour lesquelles nous pensons qu’il vaut mieux ne pas jouer à nos jeux si nous pouvons l’aider”, a déclaré Stern en 2012. “La seule chose dont je suis certain, c’est que le New Jersey n’a aucune idée Qu’est-ce qu’il fait et ne s’en soucie pas parce que tout ce qui l’intéresse est de faire un dollar ou deux, et ils se fichent que c’est notre perte potentielle. “

L’année dernière, Stern a déclaré: “Dois-je vraiment vous expliquer pourquoi je ne veux pas que Chris Christie réglemente nos jeux?”

“En ce qui concerne les paris sportifs, la NBA est le secrétariat du Belmont par rapport aux autres ligues.”

Christie, qui a été pressé par certains pour abandonner cette affaire, a toujours balayé les commentaires de Stern et le reste des avertissements des ligues de sport professionnel.

“Si je m’inquiétais de toutes les failles que j’ai prises au cours des huit dernières années, je ne serais pas capable de me lever”, a déclaré Christie. “Il peut dire tout ce qu’il veut dire, à la fin, nous avons raison, et il a tort”.

En fait, il y a eu une volte-face forte et agressive de la part de la NBA dirigée par le commissaire Adam Silver. À l’automne 2014, M. Silver a rédigé une tribune dans le New York Times appelant à la légalisation des paris sportifs au niveau fédéral. “Les lois sur les paris sportifs devraient être modifiées”, a écrit Silver. “Je crois que les paris sportifs devraient être sortis de l’underground et exposés au soleil.”

La superbe proclamation de Silver est venue s’ajouter à l’investissement de la NBA dans FanDuel, un site web de sport fantastique quotidien considéré comme un jeu par les procureurs généraux de nombreux États.

Pourtant, la NBA est restée un demandeur contre le New Jersey parce que la légalisation viendrait sans règlements que la NBA veut en place. L’argent préfère changer les lois fédérales et créer une commission unifiée qui établirait des règles et superviserait les sportsbooks au lieu d’une approche état par état. C’est ainsi que les paris sportifs sont régis dans les pays où ils sont légaux, comme l’Australie, où des limites sont imposées à certains types de paris afin de réduire les chances de tricher.

“Ce n’est pas, pour moi, une question de savoir si je suis un paris sportifs pro ou con, nous savons maintenant que cela continue largement sous terre”, a déclaré Silver sur ESPN Golic et Wingo la semaine dernière. “Si vous avez 50 États qui se font tous concurrence, cela pourrait être une course vers le bas pour ce qui est de la meilleure façon de protéger les consommateurs et l’intégrité de notre ligue.”

En plus de la réglementation, Silver et les autres ligues espèrent éventuellement faire pression sur le Congrès pour obtenir un pari sur chaque ligue. Actuellement, il y a une taxe fédérale de 0,25 pour cent sur les paris sportifs au Nevada. L’an dernier, alors que l’État avait enregistré un chiffre record de 4,5 milliards de dollars en paris sportifs, le gouvernement avait pris plus de 110 millions de dollars. À l’échelle nationale, un tel goût pour les ligues sportives serait une somme d’argent importante.

“C’est pourquoi la NBA a besoin de gagner cette affaire contre le New Jersey, parce que sinon le dentifrice pourrait être hors du tube et vous pourriez vous retrouver avec un patchwork d’Etats qui font tous leur propre affaire”, a déclaré Wallach, l’avocat. “Étant donné la fracture du paysage politique actuel, il faudra des années pour trouver une solution au Congrès.”

Cependant, il se joue, Silver a mis la NBA dans le camp pro-jeu et son prédécesseur l’a rejoint. L’année dernière, Stern a clairement fait part de son propre changement de cœur lorsqu’il était l’un des invités du Global Gaming Expo de Las Vegas. “La croyance que le jeu va mener à de mauvaises choses est une notion dépassée”, a déclaré Stern lors de l’événement.

Alors que la poursuite tentait de bloquer Christie à travers le processus judiciaire, la NBA a avancé avec plusieurs mesures qui ont soutenu la direction de Silver et positionné la ligue pour profiter des changements dans les lois. Au centre de la préparation stratégique de la NBA est un partenariat qu’il a commencé LAST YEAR avec Sportradar, une société européenne de données sportives. Sportradar a la réputation de surveiller et d’enquêter sur les solutions de matchs à travers le monde. Mais son rôle principal est de vendre des services à l’industrie internationale du jeu.

Cette année, Sportradar a repris la distribution de données en temps réel de la NBA, une extension du travail de la ligue dans ce domaine. Les données en temps réel permettent aux paris sportifs d’établir des cotes fiables et d’agir pour le marché lucratif des paris en direct au fur et à mesure des rencontres. Si l’information est retardée ou défectueuse, cela peut affecter l’intégrité du pari.

La NBA a fait ce partenariat de données, que Forbes rapportait pour 250 millions de dollars à la ligue au cours des six prochaines années, dans cet esprit. Mais c’était seulement pour les marchés de paris à l’étranger. Si le jeu sportif était encore légalisé aux États-Unis, il pourrait créer un nouveau flux de revenus pour les données en temps réel que la NBA pourrait vendre.

“Vous pouvez faire un pari après chaque arrêt de jeu dans les livres offshore maintenant”, a déclaré Haralabos Voulgaris, un parieur à enjeux élevés qui est basé à l’extérieur des États-Unis “Tout l’argent sur la NBA est en train de parier offshore.”

Mais cela pourrait changer. Les paris en jeu pourraient également convenir aux matchs de la NFL, de la LNH et de la MLB. Trois propriétaires de la NBA – Michael Jordan de Charlotte, Ted Leonsis de Washington et Mark Cuban de Dallas – ont récemment investi dans Sportradar, en partie parce qu’ils voient la possibilité d’une croissance explosive aux États-Unis.

L’investissement dans les casinos est une autre façon dont la NBA diffère de ses pairs. La NFL et la Major League Baseball ne permettent pas aux propriétaires de posséder également des casinos. Ce n’est pas le cas en NBA, où le nouveau propriétaire des Rockets, Tilman Fertitta, possède le Golden Nugget à Las Vegas, et le propriétaire de Cavs, Dan Gilbert, possède des casinos dans plusieurs états. Micky Arison, de Miami, et Joshua Harris, de Philadelphie, dirigent des sociétés qui possèdent une part importante de casino.

“Pourquoi vivons-nous dans un monde fantastique? Vous avez parié l’an dernier 190 milliards de dollars aux États-Unis sur les grandes ligues sportives et la NCAA.”

D’autres manœuvres sont également en cours. La NBA est devenue la première grande ligue sportive américaine à lancer des commandites de maillot cette saison. Ceux-ci sont potentiellement idéales pour être vendus à des paris sportifs avec des options de pari dans le jeu qui veulent faire appel directement à leur marché: les fans avec des smartphones regardent le match en direct.

Tous les commandites actuelles de jersey sont des offres de trois ans. Au moment où ils viennent à nouveau soumissionner, l’industrie des paris sportifs pourrait prospérer et acheter des espaces publicitaires.

En Angleterre, où les paris sportifs sont légaux, la Premier League est devenue un modèle pour la monétisation de la publicité des casinos. La saison dernière, la moitié de ses équipes avaient des partenariats majeurs avec des casinos, dont beaucoup sous la forme de commandites de maillots, dans des transactions valant des dizaines de millions de livres. Silver, qui est un passionné de Premier League, pourrait voir le même genre d’avenir pour la NBA, à la fois dans les publicités jersey et sur les publicités sur le court. Au cours des dernières années, la ligue a multiplié les publicités sur les courts et sur les paniers. FanDuel et son concurrent DraftKings sont déjà actifs dans ce domaine avec de nombreuses équipes.

SPORTS DE PARISinterdite par le gouvernement fédéral en 1992 avec la Loi sur la protection des sportifs professionnels et amateurs (PASPA). Quatre États bénéficiaient de droits acquis, mais seul le Nevada était autorisé à faire des paris sportifs à grande échelle. Par coïncidence, la PASPA a également été menée par un homme politique du New Jersey, Bill Bradley, ancien sénateur des New York Knicks et sénateur des États-Unis. À l’époque, Stern de la NBA était un fervent partisan du projet de loi.

Citant PASPA, le tribunal de district du New Jersey a annulé la loi signée par Christie il y a trois ans. Il a été confirmé par la Cour d’appel de 3e circuit à Philadelphie l’année dernière par un vote de 2-1, la majorité citant à nouveau la PASPA.

Mais l’été dernier, la Cour suprême a accepté d’entendre le dernier appel du New Jersey. La question devant le tribunal ne concerne pas la politique de jeu. Au lieu de cela, c’est un test du 10ème Amendement, qui garantit aux Etats le droit de faire des lois qui ne sont pas déléguées par la Constitution.

En 2016, la Cour suprême a renversé 79 pour cent des cas qu’elle a choisi d’entendre, y compris les deux cas du 3e circuit. Donc, même le fait que le procès ait été porté par la cour a marqué un tournant dans les affaires du New Jersey.

Le tribunal devrait régner à la fin du printemps ou au début de l’été. La portée de la décision pourrait déterminer si d’autres États pourraient immédiatement suivre l’exemple du New Jersey. Mississippi et Connecticut sont deux qui ont pris des mesures législatives pour le faire.

La dispute orale oppose deux avocats poids lourds l’un contre l’autre. Les ligues ont embauché Paul Clement, qui a plaidé plus de 80 cas devant la Cour suprême et représenté avec succès la NFL contre Tom Brady. Le New Jersey est dirigé par Ted Olson, qui a remporté l’affaire Bush contre Gore devant la Cour suprême pour régler l’élection présidentielle de 2000.

“C’est comme Ali contre Frazier”, a déclaré Wallach. “Les gens vont s’aligner la nuit avant d’entrer pour le voir.”

William Hill, le bookmaker britannique qui opère également au Nevada, est tellement convaincu que le New Jersey finira par gagner qu’il a dépensé 1 million de dollars dans une installation de paris sportifs à Monmouth Park, à quelques minutes en voiture de New York. Il tourne au ralenti en tant que restaurant en ce moment mais pourrait être en mesure de se connecter rapidement. Si le tribunal se prononce en faveur du New Jersey, les fans pourraient faire des paris sur les séries éliminatoires de la NBA au printemps prochain.

Le mois dernier, MGM International a annoncé la construction d’une installation de paris sportifs de 7 millions de dollars au casino Borgata à Atlantic City en prévision d’une décision favorable.

“Je l’ai à un favori de 4 contre 1, la Cour renverse PASPA”, a déclaré Jimmy Vaccaro, qui est le directeur du marketing sportif à South Point Casino à Las Vegas et a été un bookmaker depuis 40 ans. “Il y a une chance décente que nous allions élargir les paris sportifs d’ici la saison de football 2018”.

Toutes ces entreprises viennent avec la conviction que les paris sportifs seront éventuellement soutenus par la Maison Blanche. Le président Donald Trump est un ancien propriétaire de casino dans le New Jersey, mais son administration est contre le New Jersey dans le cas à venir. Le solliciteur général de Trump, Noel Francisco, s’est vu accorder 10 minutes de plaidoiries pour présenter la position du gouvernement devant la Cour suprême.

Trump a dit qu’il voulait parler aux commissaires des ligues sportives avant d’entériner un changement aux lois.

“Nous ne le ferions pas à la légère, je peux vous le dire”, a déclaré Trump plus tôt cette année. “Ce sera étudié très attentivement, mais je voudrais avoir beaucoup de contributions de beaucoup de gens différents.”

L’une de ces personnes pourrait être Christie, qui a fait campagne avec Trump l’année dernière. Le gouverneur a dit qu’il n’avait pas parlé au président à ce sujet, mais si cette affaire va comme il le croit, il n’aura pas besoin de l’aide de Trump pour faire un pari l’automne prochain.

“J’aimerais aller à Monmouth Park et être en mesure de parier tôt sur les Cowboys de Dallas”, a déclaré Christie, un ami du propriétaire des Cowboys, Jerry Jones. “Si la ligne de pari était favorable.”