La pratique est parfaite alors que les femmes de Louisville lancent des lancers francs à un rythme record

Jeff Greer et Fletcher Page avaient beaucoup à dire dans le dernier épisode de Double Coverage. 4 décembre 2017 Jeff Faughender / Courier Journal

Jazmine Jones de Louisville à la ligne de lancer franc (Photo: Scott Utterback / Louisville Courier Journal)

Jazmine Jones a trouvé son rythme et ensuite elle a trouvé la gamme. Elle est devenue mortelle à la ligne des lancers francs après avoir adopté une routine rituelle distinctive.

L’étudiant en deuxième année de l’université de Louisville s’approche de la ligne comme si elle essayait la température d’une piscine, son pied droit poussé en avant dans une série de petits pas prudents. Une fois satisfaite de son alignement, elle fait tourner le ballon de basket entre ses mains jusqu’à ce qu’elle s’installe momentanément dans sa paume gauche. Ensuite, et seulement alors, elle initie sa séquence de lancement.

“C’est quelque chose de nouveau”, a déclaré Jones mardi soir. “L’année dernière, j’ai fait des dribbles et je l’ai alignée. Je n’ai pas fait si bien à la ligne de lancer franc, (donc) je savais que je devais changer quelque chose. Cela commençait à fonctionner pour moi, alors je suis resté avec et je suis resté avec. Comme ils disent: Si ce n’est pas cassé, ne le répare pas. “

L’une des raisons du départ des femmes de Louisville 9-0 est que son tir de lancer franc a été cassé et a été réparé. Une équipe qui a remporté 29 matchs la saison dernière, malgré avoir effectué 41 lancers-francs de moins que ses adversaires et tiré un médiocre .692 de la ligne est en train de convertir à un record d’école .783 clip.

Vous les encrassez, vous payez.

Jones, un tireur de jet franc .659 comme un étudiant de première année, est maintenant 29 de 34 (.853). Asia Durr est 26 sur 30 (0,867). Sydney Zambrotta a pris 10 lancers francs et doit encore en manquer un. De nouveau l’accent est venu l’excellence retrouvée.

“Ils ont été gênés”, a déclaré Jeff Walz, l’entraîneur de basketball féminin de Louisville, après les 91-56 de mardi soir contre Tennessee-Martin. “Les dernières années, c’est comme: ‘Les gars, vous me dites que vous travaillez là-dessus, mais vous ne pouvez pas l’être.’ ‘Parce que le tir au lancer libre n’est qu’une répétition. C’est une répétition d’intensification, de routine et de recommencer encore et encore. Et ils sont finalement entrés là tout l’été et l’ont fait.

“Maintenant, nous voyons les résultats de leur travail.”

“Nous nous concentrons davantage sur les choses fondamentales. Nous essayons de les maîtriser et je pense que cela vaut vraiment la peine pour le jeu des femmes. “Jazmine Jones

Ayant remporté seulement deux de leurs matchs avec moins de 13 points, les femmes de Louisville n’ont pas affronté beaucoup de lancers francs de dernière minute critiques jusqu’à présent cette saison. Walz les a entraînés pour les matchs serrés à venir à travers un exercice d’entraînement dans lequel les retardataires de lancer de l’équipe sont tenus de courir comme punition.

Bien qu’il n’y ait rien de nouveau dans cette approche, les résultats récents suggèrent une percée majeure. Aucune équipe féminine de Louisville précédente n’a tiré mieux que .739 de la ligne pour une saison complète. Après le match de mardi, les femmes de l’U de L ont mené l’équipe masculine de l’U de L de moins d’une marque, de .784 à .783.

“Dudes, ils sont plutôt athlétiques, ils se concentrent sur toutes ces choses spectaculaires que les femmes ne peuvent pas faire”, a déclaré Jones. “Nous nous concentrons davantage sur les choses fondamentales. Nous essayons de les maîtriser et je pense que cela vaut la peine pour le jeu des femmes.

“Vous verrez des gars de la NBA qui lancent le lancer-franc à un pourcentage élevé et vous verrez des gars qui ne font que le tanker. Du côté des femmes, dans la WNBA, ils sont tous de bons lanceurs de lancers francs. Ils font tout cet argent dans la NBA et ne peuvent pas tirer des lancers francs – c’est ridicule. C’est triste.”

Plus de colonnes de Tim Sullivan

Les statistiques les plus récentes de la NCAA montrent que les trois meilleures équipes de tir libre de l’un ou l’autre sexe sont toutes des équipes féminines. Bien que les femmes utilisent une balle légèrement plus petite – typiquement une once ou deux briquet et un pouce ou deux de moins de circonférence – Walz n’est pas convaincu que cela constitue un avantage.

“Je ne suis pas sûr que ce soit plus facile à tirer”, a-t-il déclaré. “J’ai des joueurs qui ont joué dans le passé et qui sont passés de la grosse balle à la petite balle qui aurait plutôt continué à jouer avec la grosse balle.

“Cela pourrait être de la technique, de la routine, du temps que vous y consacrez. Vous savez, nous ne pratiquons pas les dunks. C’est donc une chose de moins dont nous devons nous inquiéter. Peut-être que nous passons plus de temps à travailler sur les lancers francs. “

Déterminée à avoir plus à montrer pour ses efforts agressifs dans le panier, Jazmine Jones a développé sa routine de lancer franc pendant l’été, avec la contribution de l’entraîneur associé Sam Purcell. Elle a fait sa politique de ne pas quitter le gymnase avant d’avoir fait 50 lancers francs.

“Cela pourrait me prendre 100 (coups de feu), mais jeavoirfaire 50 », a-t-elle dit. “Je pourrais faire 50 sur 57 une bonne journée. J’essaie de descendre à 50 sur 53. “

Ses progrès sont simples. Ainsi est son équipe.

Tim Sullivan: 502-582-4650; tsullivan@courier-journal.com; Twitter: @ TimSullivan714. Soutenez un journalisme local fort en vous inscrivant aujourd’hui: www.courier-journal.com/tims

Louisville décroche UT Martin 91-56

Myisha Hines-Allen de Louisville obtient deux après avoir passé Kendall Spray UT Martin. Scott Utterback / Louisville Courier Journal

L’Asia Durr de Louisville cogne un tir sur l’Ashton Feldhaus de l’UT Martin. Scott Utterback / Louisville Courier Journal

Myisha Hines-Allen, de Louisville, flotte sur Chelsey Perry de l’UT Martin pour deux. Scott Utterback / Louisville Courier Journal

Sam Fuehring de Louisville passe devant Chelsey Perry de l’UT Martin pour deux. Scott Utterback / Louisville Courier Journal

L’entraîneur de Louisville Jeff Walz applaudit la dernière pièce de son équipe. Scott Utterback / Louisville Courier Journal

Bionca Dunham de Louisville garde Maddie Waldrop de UT Martin. Scott Utterback / Louisville Courier Journal

Jazmine Jones de Louisville est encrassé par Maddie Waldrop (# 21) de UT Martin et Myah Taylor. Scott Utterback / Louisville Courier Journal

Sam Fuehring de Louisville lance une passe sous le panier. Scott Utterback / Louisville Courier Journal

Jazmine Jones de Louisville est gonflé après avoir abattu un tir. Scott Utterback / Louisville Courier Journal

Arica Carter de Louisville passe le ballon au-dessus du terrain. Scott Utterback / Louisville Courier Journal

L’équipe de soutien de Louisville aide à faire tomber une balle coincée. Scott Utterback / Louisville Courier Journal