Palladino: Le retour de Minaya est une très bonne chose pour Alderson

Par Ernie Palladino

Les Wilpons ont donné à Sandy Alderson un joli cadeau de Noël l’autre jour quand ils ont ramené Omar Minaya au sein de son équipe en tant qu’assistant spécial.

Le 59-year-old a été recruté pour remplacer, mais pour reconstituer.

Ils avaient déjà prolongé Alderson, alors ramener l’ancien directeur général, qui a guidé le front office des Mets de 2004 à 2010, n’a certainement pas mis en danger la position de l’exécutif actuel. Et, à vrai dire, la propriété serait folle de compromettre la place d’Alderson chez les Mets simplement parce qu’aucun autre GM dans son bon sens ne supporterait longtemps les demandes incessantes des Wilpons pour réduire la masse salariale, réduire la masse salariale, réduire la masse salariale.

Omar Minaya (Photo par Jim McIsaac / Getty Images)

Toujours aussi bon soldat, Alderson travaillerait sous le mandat de réduire le nombre de l’an dernier de quelque 20 millions de dollars. Et les 159 millions de dollars n’étaient pas si bien pour commencer, puisque les Mets se sont classés au 12e rang dans la ligue. Ils ne pouvaient pas commencer à penser à Giancarlo Stanton. Ils n’ont pas signé un releveur de premier ordre, à moins de considérer Anthony Swarzak comme une sorte de sauveur.

Mais c’est le problème d’Alderson. En tant qu’assistant spécial du GM, Minaya aura un travail principal. Il doit aider à remplir un système de ligue mineure sans ressources.

Ca a du sens. Si les Wilpons n’ouvrent pas le porte-monnaie à Alderson, ils pourraient aussi bien lui trouver des perspectives décentes qui l’aideront à concevoir de futurs métiers.

Minaya est un wiz à cela.

Cela vaut la peine de rappeler que Minaya était indirectement responsable de cette série World Series en 2015.

Daniel Murphy, dont la puissance a envoyé les Mets sur une course magique en séries éliminatoires, est venu au 13e tour du repêchage de 2006.

Jeurys Familia, qui deviendra le leader de la franchise à tous les temps de la franchise, arrive en 2007, tout comme Wilmer Flores.

Et Matt Harvey et Jacob deGrom sont arrivés dans le système dans le cadre du projet 2010. Bien que les blessures et l’attitude aient laissé Harvey dans un lanceur bien différent aujourd’hui, personne ne peut lui retirer son travail exceptionnel de 2012-15. Et on ne peut nier la performance constante de DeGrom depuis son arrivée en championnat deux ans après l’arrivée de Harvey.

Évidemment, Minaya connaît de jeunes talents. Les esprits les plus avancés autour des front offices des ligues majeures le reconnaissent depuis longtemps. Et puisque les Mets les ont tous dépensés quand ils ont évoqué Amed Rosario et Dominic Smith l’an dernier, même Alderson a dû admettre que le système avait pris une allure usée.

Ce n’est pas propice à la négociation pour les talents vétérans. Cela n’aide pas non plus lorsque des blessures et des sous-performances menacent la liste.

La meilleure chose à ce sujet de la part de Minaya est qu’il travaillera dans les coulisses. La responsabilité de tout ce qui se passe tombe toujours sur les épaules d’Alderson. La tâche de gérer le budget en constante diminution incombe toujours au MM.

Minaya devient un éclaireur et un conseiller astucieux, un gars qui recrute à l’échelle nationale et internationale pour les jeunes talents qui peuvent avoir un impact deux ou trois ans plus tard dans un environnement relativement sans pression.

Il obtient les jetons dont Alderson a besoin pour participer au grand jeu de poker de l’intersaison.

Mis à part l’ouverture du portefeuille pour Yoenis Cespedes après 2015, les Wilpons ont fait peu de faveurs à Alderson. Ramener Minaya peut éventuellement devenir leur plus grand.