Wawrinka craint pour sa carrière pendant une longue période de licenciement

Par Ian Ransom

MELBOURNE (Reuters) – Stan Wawrinka craint que sa blessure débilitante au genou ne marque la fin d’une brillante carrière de tennis avec trois titres en Grand Chelem et qu’il ait été autorisé à disputer l’Open d’Australie deux jours avant le tournoi.

Le Suisse de 32 ans a également parlé samedi de la décision de son ancien entraîneur Magnus Norman de mettre fin à leur partenariat alors qu’il était blessé, une autre piqûre dans la queue pendant sa bataille de désintox.

Le champion 2014 tentera de remporter son deuxième titre à Melbourne Park, mais il a de faibles attentes, ayant seulement décidé qu’il était assez en forme pour jouer après l’entraînement de samedi.

Tout en ne prenant pas d’injections douloureuses, il a déclaré que le genou était encore douloureux et a admis qu’il était loin de son meilleur niveau de tennis avant son match de première ronde contre le lituanien Ricardas Berankis, mardi.

Cependant, le fait d’être autorisé à jouer était toujours considéré comme une “victoire”, a déclaré Wawrinka, en raison des doutes personnels sur son avenir suite à son opération au genou.

“Bien sûr, je m’inquiétais beaucoup parce que j’avais huit semaines avec des béquilles”, a déclaré Wawrinka à des journalistes à Melbourne Park.

«J’ai commencé ma première forme physique en marchant, mais c’est toujours compliqué quand vous êtes à ce niveau-là, vous souffrez d’une blessure, vous souffrez aussi mentalement, vous vous sentez seul, ne se sent pas bien.

“C’est difficile à expliquer parce que certaines personnes vont toujours penser: ‘Allez, vous avez une vie incroyable, pourquoi vous plaignez-vous, pourquoi vous plaignez-vous de ne pas vous sentir bien?'”

Son ancien mentor, Norman, qui a contribué à transformer Wawrinka en une force du Grand Chelem, a mis fin à son partenariat de quatre ans en octobre, citant des raisons personnelles dans un autre coup majeur.

“Bien sûr, c’était déjà un moment difficile, dur, difficile pour moi, d’être dehors, de me faire opérer, de savoir qu’il faudra au moins six mois pour revenir à un endroit où je peux de nouveau jouer au tennis”, a déclaré Wawrinka, qui n’a pas disputé de match de compétition depuis sa première sortie à Wimbledon.

“Quand vous êtes dans un endroit difficile comme celui d’un athlète, vous voulez que les gens qui vous connaissent le mieux restent autour de vous, pour rester avec vous.

“Vous voulez que votre équipe, votre famille soit là.

«Pour moi, Magnus, il était mon entraîneur, mais il était un ami, même plus proche qu’un ami, il était difficile de savoir qu’il ne serait pas là pour recommencer avec moi, j’étais plus triste que de lui en vouloir.

Wawrinka, classé neuvième à Melbourne, a déclaré qu’il avait pratiqué pendant plus d’heures dans la semaine précédant le Grand Chelem qu’il ne l’avait fait depuis des mois, mais qu’il devait encore faire attention à son genou.

“J’ai pratiqué avec Rafa (Nadal), j’ai pratiqué avec Novak (Djokovic), avec (Tomas) Berdych, avec (Gael) Monfils, avec (Grigor) Dimitrov”, a-t-il dit.

“Je n’ai pas gagné beaucoup de sets, mais ce n’est pas le plus important.

“Il y a toujours un petit risque, bien sûr, surtout après six mois dans un match, vous allez devenir plus serré, nerveux, vous ne vous sentirez pas aussi bien en match qu’en entraînement.

“Mais le genou reste là, donc c’est le plus important.”

(Édité par Greg Stutchbury)