[Pedro Davila87] – Le footballeur néo-zélandais prometteur Joel Stevens poursuit son rêve en Suède

Quelques personnes ont dit à Joel Stevens qu’il avait le potentiel d’aller loin dans le football. Il est donc parti en Suède pour découvrir à quel point le plafond est vraiment élevé.

L’ancien ailier de Team Wellington, âgé de 23 ans, a signé un contrat professionnel avec Husqvarna FF – une équipe sponsorisée par le fabricant de produits d’énergie extérieure – dans le troisième rang de la Suède.

L’équipe est basée à Huskvarna, une ville de 21 500 habitants.

Bien qu’il n’y ait rien de glamour à se joindre à un club dans les ligues inférieures de la Scandinavie, Stevens a dit que c’était simplement un point de départ pour tenter de faire carrière dans le football.

LIRE LA SUITE

* Stevens rafraîchi et prêt

* Les étoiles se retournent pour faire face à Phoenix

* Comment réparer le Phoenix

“En Nouvelle-Zélande, il n’y a pas beaucoup d’opportunités et il est difficile de partir parce que vous quittez vos amis et votre famille, mais je voulais juste un point de départ en Europe. montrez jusqu’où je pourrais aller », a-t-il dit.

“Evidemment, il y a une plus grande vitrine, et je n’ai pas de passeport européen, mais je veux juste voir jusqu’où peut aller ma capacité de football. On m’a dit que ça pouvait m’emmener loin, donc je Je veux juste voir par moi-même je suppose. “

Il y a quatre ans, l’étoile de Stevens était à la hausse. Il a joué trois fois pour les All Whites au début du mandat de l’ancien entraîneur Anthony Hudson, a été un personnage clé pour la Nouvelle-Zélande à la Coupe du Monde des moins de 20 ans et a inscrit cinq participations au Wellington Phoenix.

Cependant, des blessures à l’épaule séparées, subies en jouant pour les All Whites et le Phoenix, ont bloqué sa carrière. Au cours des dernières années, il a joué pour l’équipe Wellington dans l’ISPS Handa Premiership et Miramar Rangers dans la Ligue centrale – tout simplement parce qu’il voulait aimer jouer au football à nouveau.

Après avoir remporté la ligue nationale la saison dernière, il a estimé que le moment était venu de donner une nouvelle poussée au football professionnel. Il a donc quitté l’équipe Wellington à mi-parcours de la campagne en cours pour une série d’essais à travers la Suède.

Stevens ne s’attendait jamais à ce que ce soit facile, sortant seul pour essayer d’obtenir un contrat dans un pays étranger. Et il avait raison. Il a été accueilli par des températures glaciales, s’entraînant souvent à -12 degrés, et s’est déchiré le muscle du mollet, ce qui l’a mis à l’écart pendant un mois.

“Cela semble toujours être mon problème, j’essaie de faire quelque chose avec le football et ça ne va pas”, a-t-il dit. “D’abord c’était mes épaules avec le Phoenix, alors j’ai décidé de jouer localement en Nouvelle-Zélande parce que je l’appréciais et je voulais revenir au football, mais ensuite j’ai décidé de venir outre-mer et essayer, sinon je pourrais le regretter et la première chose qui arrive est que je me blesse.

“C’était assez énervant et c’est quand même assez agaçant parce que je veux juste jouer.”

Heureusement pour Stevens, il était encore capable d’entrer sur le terrain et a clairement laissé une impression sur le personnel d’entraîneurs de Husqvarna lorsqu’il a joué contre eux alors qu’il était en procès pour un autre club. Donc, au moment où il est arrivé pour une audition, ils savaient déjà qui il était et étaient heureux de lui offrir un contrat.

Stevens a seulement participé à la pré-saison, mais a estimé que le niveau de compétition était comparable à celui de l’ISPS Handa Premiership, la différence majeure étant l’écart entre les clubs de haut et de bas.

“C’est un peu bizarre parce que je pense que cette ligue est beaucoup plus proche que la ligue néo-zélandaise, Auckland City pourrait probablement concourir dans n’importe quelle ligue ici, mais les autres équipes ne le pourraient probablement pas”, at-il déclaré.

“Le niveau en Nouvelle-Zélande s’améliore mais je pense que c’est très différent à cause de l’argent plus que tout, tout le monde ici est pareil et il y a tellement de gens ici.” L’équipe du bas pourrait battre la meilleure équipe. et il y a beaucoup de gens qui jouent pour le plaisir, comme les ex-professionnels. “

Stevens a déclaré qu’il n’avait pas entendu parler du nouvel entraîneur des All Whites Fritz Schmid mais, s’il peut impressionner et gravir les échelons, un appel téléphonique n’est pas loin.

“En Nouvelle-Zélande, il est si difficile de revenir dans les All Whites, sauf si vous jouez professionnel ou un club à Auckland, bien, il a été ces dernières années de toute façon.Je veux vraiment revenir dans les All Whites, en particulier sous un nouveau Mais en ce moment, je me concentre sur la progression de ma carrière, et j’espère que cela arrivera en cours de route. “