5 équipes de la LNH s’apprêtent à prendre un sérieux recul cette saison

Découvrez les quatre équipes éliminatoires de 2018 qui manqueront les séries éliminatoires de la coupe Stanley en 2019 et prendre du recul.

La saison dernière, il y a eu beaucoup de surprises dans la LNH et en grand grâce à des équipes comme l’Avalanche du Colorado, les Devils du New Jersey et les Golden Knights de Vegas. Pourtant, il s’agit de trois équipes qui ont sans doute dépassé leurs objectifs et qui ont été des histoires positives de toute la ligue.

Des équipes telles que les Rangers de New York et les Blackhawks de Chicago ont pris du recul, après que les concurrents de la Coupe Stanley aient manqué les séries éliminatoires de la Coupe Stanley en 2018.

Chaque année, de nouvelles surprises se présentent, pour le meilleur ou pour le pire, et il est temps de regarder cinq équipes de la LNH qui vont prendre un sérieux recul en 2018-2019.

5. Anaheim Ducks

Même si les Ducks d’Anaheim n’ont pas raté les séries éliminatoires de la Coupe Stanley depuis 2011-2012 et ont participé aux finales de la Conférence de l’Ouest à deux reprises depuis ce temps, les Ducks se sont lancés dans des eaux inconnues en 2018-19.

À première vue, l’alignement d’Anaheim apparaît profondément offensant et surtout au milieu de la glace. Cependant, la défaite de l’équipe est sur la ligne bleue avec la défense et Anaheim pourrait avoir du mal à fermer ce qui est sans doute la meilleure division de la ligue – le Pacifique.

La réalité est que les Ducks ont terminé deuxième de la division la saison dernière et il est difficile d’imaginer qu’Anaheim s’améliorera à partir de 2018. Les Kings de Los Angeles et les San Jose Sharks ont amélioré leurs alignements cette saison, tout comme les Flames de Calgary. On peut être certain que les Oilers d’Edmonton montreront des signes de maturité et d’amélioration, se disputant une place en séries éliminatoires.

Essai gratuit de 7 jours de Fubo TV NHL – Regardez la LNH en direct et à la demande

Les chances semblent être contre Anaheim, et les Ducks vont plus que probablement perdre trois places et se classer cinquième de la division.

4. Devils du New Jersey

Les Devils du New Jersey faisant cette liste ne veulent pas dire que l’équipe de Jersey sera terrible, mais par rapport à la saison dernière, les Devils feront un grand pas en arrière en 2018-19.

Oui, le New Jersey possède des atouts juvéniles et des vétérans clés dans tous les domaines de la glace, mais certains des jeunes les plus prometteurs de l’équipe peuvent éprouver des douleurs de croissance au début d’octobre.

Le Metropolitan envoie généralement cinq équipes aux séries éliminatoires de la Coupe Stanley, mais ce n’est peut-être pas le cas cette saison avec quelques équipes de la division Atlantique qui se développent et s’améliorent.

Le front-office des Devils n’avait pas forcément tort de dépenser beaucoup d’argent dans une catégorie d’agents libres inférieure à la moyenne cette saison, mais le New Jersey n’a pas amélioré son alignement non plus. Alors que Jersey est resté en place, des équipes telles que les Flyers de Philadelphie, les Penguins de Pittsburgh et les Capitals de Washington semblent bien placées pour remporter les trois premières places de la division.

Attendez-vous à ce que le New Jersey rivalise avec les Blue Jackets de Columbus et, oui, les Rangers de New York pour une place en séries éliminatoires; mais la réalité est que les deux équipes mentionnées ci-dessus pourraient se classer devant le New Jersey au classement 2019.

Le plaisir magique de la saison dernière aux séries éliminatoires de la Coupe Stanley et la performance exceptionnelle du gardien Keith Kinkaid ne semblent pas réalisables deux années de suite. De plus, l’équipe ayant perdu des vétérans tels que John Moore et Patrick Maroon – le New Jersey ne produira peut-être pas autant de points que la saison dernière et en avantage numérique.

La profondeur n’est pas encore au rendez-vous et la défensive compte encore sur deux patineurs. L’année 2019 sera peut-être un pas en arrière pour le New Jersey, mais franchira un pas de géant en 2020.

3. Hurricanes de la Caroline

Bien sûr, les Hurricanes de la Caroline en 2018 ont manqué les séries éliminatoires de la Coupe Stanley pour la neuvième saison consécutive, mais cela ne signifie pas que les Canes vont faire un pas en avant en 2019.

Au cours de la saison morte, Carolina a quitté la piste avec les meilleurs patineurs tels que Jeff Skinner, Noah Hanifin et Elias Lindholm. Ce trio seul a totalisé 125 points sur le total de 614 de l’équipe. Alors que les supporters de la Caroline espéraient que les Hurricanes finiraient par s’améliorer, l’équipe devrait régresser et devrait être au premier rang des sélections (Draft Lottery) après 2019 .

Oui, la Caroline a ajouté un solide défenseur à Calvin de Haan, mais cela ne suffira pas à stabiliser la ligne bleue moyenne de l’équipe. Il y a de plus gros points d’interrogation entre les pipes avec Scott Darling et Petr Mrzaek.

Aucun des deux gardiens de but ne s’est avéré être un gardien de but légitime et les deux sont parmi les hommes masqués les plus stricts de la ligue.

Combinez au mieux ces facteurs avec une attaque moyenne avec peu de soutien pour Sebastian Aho et Teuvo Teravainen. On comptera trop souvent sur des vétérans vieillissants tels que Jordan Staal et Justin Williams et le manque de profondeur de la Caroline s’exposera tout au long de 2019.

Les Hurricanes ont terminé la saison dernière avec 83 points au classement (36-35-11) et il est probable qu’ils terminent avec environ 70 en 2019.

L’entraîneur-chef nouvellement nommé, Rod Brind’Amour, aura tout le défi devant lui avec ses Canes, mais l’ancien vainqueur de la Coupe Stanley avec la Caroline devrait être en mesure d’aider un certain nombre de patineurs au fur et à mesure que la saison avance.

2. Wild du Minnesota

Il est encore difficile de croire que non seulement le Wild du Minnesota n’a jamais atteint la finale de la Coupe Stanley, mais que l’État du hockey n’a jamais remporté la Coupe Stanley comme sienne.

Les Wild ont été des prétendants aux séries éliminatoires de la Coupe Stanley au cours des six dernières saisons et ont dépensé beaucoup d’argent pour un certain nombre de patineurs, en plus de nombreuses transactions commerciales; Cependant, le Minnesota n’a pas été en mesure de tout mettre en œuvre pour atteindre son objectif ultime: remporter un titre.

Le Wild aurait pu être qualifié de surprise la saison dernière. L’équipe a terminé troisième dans une division centrale difficile (45-26-11 –101PTS), et l’attaquant Eric Staal s’est révélé être le meilleur buteur de l’équipe (42 buts, 34 passes) avec 76 points.

Pourtant, des équipes comme les Blues de St. Louis, les Stars de Dallas et l’Avalanche du Colorado sont à la hausse, et les Blackhawks de Chicago devraient également être une équipe améliorée. Cela laisse une équipe sauvage non améliorée au milieu du peloton, seulement pour voir les effets de leurs rivaux grimper la chaîne alimentaire.

Les blessures ont toujours été un problème pour l’attaquant Zach Parise, et le Minnesota pourrait utiliser un autre buteur pur à la position de l’ailier.

Cela devrait également être une année marquante pour le gardien de but Devan Dubnyk, dont le nombre était en baisse la saison dernière de 2016-17. Cependant, le fait de ne compter qu’un seul défenseur (tous les jours) âgé de plus de 30 ans (Ryan Suter) est un point positif en 2019 pour le Wild. Le Minnesota n’a pas beaucoup de marge de manœuvre salariale (1 770 576 $ par habitant), mais l’État du hockey devra peut-être envisager un commerce à succès pour éviter de prendre un sérieux recul en 2019.

1. Vegas Golden Knights

Que les partisans de la LNH soient critiques ou non, personne ne peut éclipser ou vaincre ce que les Golden Knights de Vegas ont réussi la saison dernière – le club d’expansion de la LNH a progressé jusqu’à la finale de la Coupe Stanley 2018.

Il n’est pas contesté que c’était une histoire remarquable, mais il ya de fortes chances pour que ce soit une performance unique. Il n’y aura jamais une autre saison d’expansion de Vegas Golden Knights dans le sport professionnel, encore une fois. Avec Sin City dépassant les attentes de la première année, l’équipe est prête pour un sérieux revers en deuxième année.

Pour les débutants, les Golden Knights ne surprendront plus les équipes lors du premier tour de la première moitié de la saison. Les adversaires seront mieux préparés, et les ennemis de la Conférence de l’Ouest veulent tout pour vaincre les champions de la Conférence de l’Ouest.

Les Chevaliers sont officiellement «l’ennemi public n ° 1» à l’ouest.

La réalité est que le succès des Chevaliers l’an dernier était en grande partie dû à la chimie et au timing, presque inexplicable. Ce n’est pas le cas pour la deuxième saison de l’équipe. Y aura-t-il encore une motivation supplémentaire pour réussir et un nouveau groupe de joueurs?

Bien que les départs sans restriction d’agents libres James Neal et David Perron ont été sans doute surpayés par leurs nouvelles équipes respectives, cela affectera les Chevaliers sous un aspect négatif. Ces deux patineurs ont joué leurs rôles uniques avec Vegas la saison dernière, et c’est un trou que les Golden Knights n’ont pas pu combler pendant la saison morte.

Vegas va finalement connaître de la malchance en cours de route et ne sera pas surpris de les voir manquer les séries éliminatoires de la Coupe Stanley.