Sterling s’excuse pour avoir arbitré sur une peine de comédie

MANCHESTER, Angleterre (Reuters) – L’attaquant de Manchester City, Raheem Sterling, a présenté ses excuses à l’arbitre hongrois Viktor Kassai après avoir infligé un penalty comique qui n’était clairement pas une faute lors de la victoire 6-0 de la Ligue des champions mercredi contre Shakhtar Donetsk.

Football Football – Ligue des Champions – Phase de Groupe – Groupe F – Manchester City – Shakhtar Donetsk – Etihad Stadium, Manchester, Royaume-Uni – 7 novembre 2018 Raheem Sterling de Manchester City célèbre marquer son troisième but Action Images via Reuters / Lee Smith

Avec City 1-0 en première demie, Sterling a fait irruption dans la surface et a trébuché alors qu’il tentait de creuser un pied sous la balle pour faire tomber le gardien Donetsk Andriy Pyatov.

Il n’y avait aucun joueur qui le mettait au défi, encore moins un contact, pourtant l’expérimenté Kassai désigna l’endroit.

«Je suis allé jouer au ballon et je ne sais pas ce qui s’est passé. Je n’ai pas senti le contact. J’ai éraflé le ballon. Toutes mes excuses à l’arbitre », a déclaré Sterling après le match.

L’entraîneur portugais du Shakhtar, Paulo Fonseca, a ri quand on l’a interrogé sur cette décision.

“Il est difficile de parler d’une pénalité après un résultat pareil – mais c’est ridicule, c’est tout ce que je peux dire”, a-t-il déclaré.

“Tout le monde l’a vu, mais ce n’est pas à cause de la pénalité que nous avons perdu le match”, a-t-il ajouté.

Le directeur de la ville, Pep Guardiola, a reconnu que l’arbitre s’était bien trompé et a déclaré que l’incident avait mis en évidence la nécessité d’introduire le système d’arbitre assistant vidéo (VAR).

«Nous avons réalisé que ce n’était pas une pénalité. Nous n’aimons pas marquer dans cette situation », a déclaré Guardiola, qui a concédé que Sterling aurait pu le dire à l’arbitre à l’époque.

“Vous connaissez VAR et ce que c’est. L’arbitre doit être aidé, car il ne veut pas commettre d’erreur.

«Le jeu est tellement rapide, tellement rapide ces jours-ci. Il faudrait 10 secondes à quelqu’un pour dire quelque chose à l’arbitre », a-t-il ajouté.

Reportage de Simon Evans; Édité par Toby Davis