Ancienne star de LSU parmi 3 qui a piqué des aigles samedi à Honda Classic

PALM BEACH GARDENS

Trois coups ont été percés à partir du fairway sur des trous de normale 4 pour les aigles au Honda Classic Saturday, l’un d’entre eux par un jeune homme qui pourrait être la prochaine grande chose dans le golf: Sam Burns.

Burns, âgé de 21 ans, a fait un changement de dernière minute d’un fer de 8 à 9 et a creusé le no 12 sur 151 verges. Son exploit a été égalé par Tommy Fleetwood, qui a trouvé la coupe de 140 verges sur le numéro 4, et Kiradech Aphibarnrat, dont le deuxième tir de la journée au numéro 1 a roulé de 123 verges.

Burns, qui ne disputera que sa septième édition de la PGA Tour et qui a terminé au 10e rang depuis sa première année consécutive au LSU, a égalé le score de Tiger Woods à chacune des trois rondes cette semaine. Les deux sont à égalité au 11e rang au pair pair et seront jumelés à la ronde finale d’aujourd’hui, départ à 12h45.

Burns a établi le record du score de LSU l’année dernière avec un score moyen de 73,04, ce qui a amené l’entraîneur Chuck Winstead à l’appeler «aussi bon que n’importe quelle année dans l’histoire de notre programme». .

Même s’il a raté la coupe dans quatre des sept épreuves qu’il a disputées, il a aussi terminé sixième du championnat Barbasol et 20e du concours de l’Hôpital Shriners l’an dernier, et deuxième du tournoi Web.com en Colombie plus tôt ce mois-ci.

“Ce fut une décision difficile pour moi de quitter l’université”, at-il dit, “mais en même temps je voulais sortir et me mouiller les pieds un peu dans le golf professionnel.”

Burns a bogué les deux trous par-3 sur The Bear Trap samedi et a 3-sur ces trous à travers trois jours.

“C’est dur”, a-t-il dit. “Vous n’avez pas vraiment une pause sur ces trous.

“C’est difficile de jouer là-bas, (et) avec le vent ça rend les choses plus difficiles. C’est dur de toute façon, mais avec le vent et la façon dont les greens évoluent, c’est un peu plus difficile. “

Les luttes de Walker continuent:Jimmy Walker a semblé être à la hauteur de sa carrière en tant que pro au milieu de la trentaine lorsqu’il a amassé six victoires, dont le Championnat de la PGA 2016, et plus de 13 millions de dollars de gains en 2014-16. Puis une morsure d’une tique infectée a tout changé.

Walker et sa femme, Erin, pensent que la piqûre de tique est survenue lors d’un voyage de chasse en novembre 2016. Il a été diagnostiqué avec la maladie de Lyme pendant la semaine des maîtres en avril dernier et a lutté contre les effets – fièvre, maux de tête et fatigue chronique.

Walker, dont le classement mondial a chuté de 10 à 87 pendant sa bataille contre la maladie, a tiré un samedi de 6 sur 76 qui comprenait trois bogeys et un double boguey sur le dos neuf. Il n’était pas d’humeur à parler après, laissant Erin, qui a également été diagnostiqué avec la maladie en novembre, pour adresser le problème.

“Ca a été dur,” dit-elle. “(Il) joue au golf incroyable depuis quatre ou cinq ans, et cela a vraiment fait dérailler sa carrière. Mais nous avons l’impression d’être sur la bonne voie. ça pourrait juste prendre du temps. “

Erin a dit que son mari a ressenti plus de symptômes pendant le pro-am mercredi. Il était sans symptôme il y a deux semaines quand il a terminé huitième à Pebble Beach, son meilleur résultat depuis le diagnostic.

“Ce fut une semaine où les choses se sont réunies”, a déclaré Erin, qui a déclaré que sa maladie avait été détectée suffisamment tôt pour qu’elle se porte beaucoup mieux ces derniers temps.

“Encore une fois, au pro-am mercredi, il ne se sentait pas bien, mais pour la plupart, ça s’est bien passé. Donc, nous y travaillons. Nous allons le comprendre. Ça prend juste du temps. “